Soirée de sexe bisexuel échangiste

“Embrasse-toi ! Vas-y, fais-le !”

Comme ils le faisaient chaque fois que les parents de Carla n’étaient pas en ville et qu’ils avaient une soirée pyjama en couple, Brian et Carlos faisaient tout leur possible pour que les filles s’embrassent.

Carla, Brian et Carlos vivaient sur le campus dans des dortoirs en parpaings de style goulag qui dataient des années 60, il est donc compréhensible qu’ils aient essayé de s’échapper à chaque occasion. La maison des parents de Jessica se trouvait dans la banlieue et était remplie de tout le luxe qui manquait à leur dortoir. Pour les habitants du dortoir, c’était un palais virtuel. Chaque fois que M. et Mme Deacon n’étaient pas en ville, les étudiants étaient assurés de se retrouver devant l’énorme écran plasma de la salle de jeux quelques secondes après que leur 4×4 ait pris la route.

“Pourquoi le veux-tu tant ?” a demandé Carla, en s’efforçant de ne pas rire alors que Jessica roulait des yeux dans le dos de Brian.

“Parce que c’est hot!” Carlos a crié en levant la main vers Brian pour un high five. Les gars ont frappé fort avec leurs paumes et ont crié à l’unisson “Booyah !”.

“Je pense que deux gars qui s’embrassent, c’est très sexy”, a dit Jessica avec son accent britannique coupé – une bombe classique de Jessica qui a fait que tous les trois l’ont regardée bouche bée. Jessica, qui a habituellement une voix calme, a rarement, voire jamais, dit quelque chose digne de controverse. Quand elle le faisait, c’était généralement de proportions nucléaires.

“Jessica !” a dit Carla en riant alors que les deux gars continuaient à fixer une Jessica à présent légèrement rouge.

“Sérieusement ? Tu penses que deux hommes qui s’embrassent c’est sexy ?” Carlos a demandé en passant une main dans ses cheveux blonds de surfeur savamment coiffés. “Sans vouloir t’insulter, l’idée de t’embrasser est totalement dégoûtante, mec”, a dit Carlos avant de se moquer d’un vomissement.

“C’est pareil pour toi”, a dit Brian en riant et les gars ont partagé un autre high five.

“Donc ça ne te ferait rien. Tu ne serais pas du tout excitée ?” Jessica a demandé, la tête inclinée et les yeux légèrement bridés.

“Pas moyen”, a dit Carlos au même moment où Brian scandait “Hell no !”.

“Intéressant”, a dit Jessica, puis, à la manière typique de Jessica, s’est éloignée sans autre commentaire. Alors que les garçons pensaient probablement que la discussion était terminée, Carla savait mieux. Jessica n’était pas du genre à laisser passer quelque chose, pas quand elle arborait son visage réfléchi. Il n’y a aucun doute, Jessica avait maintenant un vieux plan fou qui se tramait dans son énorme cerveau. Carlos et Brian étaient inconscients du défi qu’ils venaient de lancer à Jessica, mais pas Carla, elle savait que cette soirée pyjama allait devenir très intéressante et un peu sauvage.

* * * *

“Qu’as-tu en tête ?” Carla a demandé à Jessica, alors qu’elles préparaient des daiquiris dans la cuisine. Jessica, qui coupait des fraises et les empilait dans le mixeur, a levé les yeux, léché ses doigts couverts de jus et murmuré “Hmmm ?”.

“Je te connais Jessica. Chérie, tu as quelque chose en tête.” Carla a montré du doigt par la fenêtre les garçons qui se chamaillaient dans la piscine du jardin. Brian avait les bras enroulés autour de la taille de Carlos et essayait de le faire lutter sous l’eau.

“Oh, le truc du déni homoérotique. C’est de ça que tu parles.”

Le déni homoérotique … une chose si complètement Jessica à dire. Carla est restée debout à regarder son amie d’un air pointilleux en attendant qu’elle élabore. Après deux bonnes minutes de regard silencieux, Jessica a finalement parlé en disant : “OK, je veux peut-être le tester.”

Le tester ? Bien sûr que Jessica, l’étudiante diplômée en psychologie, voulait le tester. “Le tester comment exactement chérie ?”

“Eh bien, regarde-les.” Jessica a agité une main vers la fenêtre ouverte. “Ils sont toujours en train de se toucher. À se battre, à se rouler par terre. Leurs affirmations homophobes stridentes sonnent faux pour moi.”

“Affirmations homophobes stridentes ?” Ça faisait craquer Carla quand Jessica parlait comme ça, elle a reniflé de rire. “Bon sang, tu me fais rire parfois Jessica. Ce ne sont pas des affirmations, chérie, c’est une vérité absolue à 100%. Il n’y a pas moyen, pas moyen que tu arrives à ce que ces deux hommes s’embrassent et aiment ça.”

“Vraiment ?” Jessica avait de nouveau ce regard dans les yeux comme si elle avait quelque chose à prouver.

“Vraiment”, Carla a tiré le mot en parlant longuement et lentement.

“Hypothétiquement parlant, je suis presque sûre que je pourrais les convaincre de le faire.”

“Hypothétiquement ? Qu’est-ce que tu veux dire exactement ?”

“Une vertu jamais testée n’est pas une vertu du tout.”

Carla supposait que dans le cerveau académique de Jessica, toutes ces déclarations ésotériques avaient un certain sens, mais pas tellement dans le monde réel.

“Quoi ?”

“Je dis que leurs affirmations hétérosexuelles restent jusqu’à présent totalement non testées. Comment savent-ils vraiment ?”

“Alors tu veux les tester ?”

Jessica a souri et a fait un bref signe de tête emphatique.

“Teste-les autant que tu veux Jessica, je ne pense pas que ça changera quoi que ce soit.”

“Veux-tu faire un pari ?”

Bon sang, Carla a secoué la tête. Elle adorait l’accent de Jessica et la façon prudente dont elle parlait. Elle ne pouvait pas simplement dire ‘veux parier’ comme n’importe quelle personne normale. Elle devait arrondir ces voyelles et dire ‘envie de parier’.

“S’ils ne peuvent pas être stimulés par des conditions homoérotiques, alors je poserai pour toi.”

“Vraiment ? Sans déconner ?”

Jessica a froncé le nez devant le langage de Carla. “Oui. Non… enfin ce que tu as dit.”

Carla était une étudiante en art. Cela faisait des mois qu’elle essayait de convaincre Jessica de poser pour son devoir photographique, mais elle avait obstinément refusé. L’idée d’avoir une Jessica consentante devant son objectif était captivante. Elle aurait fait n’importe quoi pour avoir cette chance. Elle la voulait en couleurs douces et délavées, nue dans un champ de campanules, sa peau pâle et légèrement parsemée de taches de rousseur illuminée par la lumière de fin d’après-midi. Elle pouvait le voir.

Je la capturerai dans un rayon de soleil….

“Carla. Carla !” Jessica a dit en agitant une main devant son visage pour la sortir de sa rêverie. “Avons-nous un accord ?”

“Un accord. Les mots que tu utilises sont un accord.”

“Très bien alors, avons-nous un accord ?” Jessica a dégainé les mots avec un affreux accent qui a fait rire Carla.

“Quel est ton plan. Je sais que tu as un plan.”

Jessica a grimacé, a posé son couteau sur la planche à découper et s’est tournée vers Carla. “Eh bien, il t’implique en quelque sorte.”

“Moi ?”

“Et le désir du garçon de nous voir nous embrasser,” Jessica a dit les mots à la hâte puis s’est détournée, un rougissement chauffant la courbe de son cou.

“S’embrasser ?”

Jessica s’est tournée vers Carla en inclinant la tête de cette façon mignonne de penser qu’elle faisait et a dit doucement, “Ça ne me dérangerait pas de t’embrasser. Cela te dérangerait-il terriblement de m’embrasser ?”

Après un rapide contrôle à l’extérieur pour s’assurer que les garçons étaient occupés dans la piscine, Carla s’est penchée et a déposé un doux baiser sur la bouche de son amie. “Non chérie, ça ne me dérangerait pas du tout.”

Carla s’est approchée pour lécher une deuxième fois la lèvre inférieure de Jessica après avoir goûté les fraises qu’elle avait mangées et a murmuré : “Mmm tu as bon goût”.

Le rougissement de Jessica valait bien le baiser. Il s’est répandu le long de sa poitrine et de son cou pour se déposer sur ses pommettes hautes, transformant son visage normalement pâle en un joli rose. Dès que Carla avait été présentée à Jessica, elle avait été frappée par sa douce beauté. Carla, qui est née et a grandi au Texas, était habituée à la beauté américaine bronzée et robuste, dont Jessica, la britannique aux os fins, était l’antithèse. Elle était pâle, délicate et presque fragile, ses boucles indomptées encadrant son visage dans un or rouge sauvage. Éthéré, pensa Carla, c’était le mot. Comme une sorte de princesse arthurienne. Pour ajouter à la mystique, elle n’avait absolument aucune idée de sa beauté. La femme était complètement sans prétention- la femme n’avait même pas de mascara. La façon dont elle s’est retrouvée avec le surfeur Carlos était un mystère complet pour Carla. Jessica était le genre de fille qui aurait dû être au bras d’un professeur plus âgé vêtu de tweed.

“Pourquoi es-tu avec Carlos ?” a lâché Carla sans réfléchir à quel point cela pouvait paraître impoli. Jessica n’a pas eu l’air offensé. En vérité, il était presque impossible d’offenser Jessica car elle prenait à peu près toutes les questions à un niveau purement académique.

“La beauté est la vérité, la vérité la beauté, c’est tout ce que vous savez sur terre, et tout ce que vous avez besoin de savoir”, a cité Jessica avec un léger sourire en regardant Carlos sortir scintillant de la piscine.

“Keats ?” Carla a demandé, non pas parce qu’elle était une sorte d’aficionado de la poésie mais parce qu’elle avait déjà entendu Jessica citer le poète.

Jessica s’est tourné vers Carla, a hoché la tête puis a regardé à nouveau par la fenêtre. Elle a suivi son regard. Keats n’avait pas tort, pensa Carla. Carlos était magnifique. Largement épaulé, maigre et avec de longues jambes. Il faisait tourner les têtes partout où ils allaient. En le regardant secouer ses cheveux blonds puis frotter lentement une serviette le long de son torse sculpté, Carla a laissé échapper un soupir de nostalgie involontaire qui a fait rire Jessica. “Oui, c’est un peu ça, n’est-ce pas ?” a-t-elle dit, “Je le regarde tout le temps. Je n’arrive pas à m’arrêter.”

“Ouais, le mien n’est pas si mal non plus”, a dit Carla, en regardant la flexion des biceps de son homme sombre et solide alors qu’il se levait hors de la piscine.

“Ils sont tout à fait une étude des contrastes, n’est-ce pas ?” dit Jessica, les yeux plissés par la pensée alors qu’elle regardait les deux hommes.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” demanda Carla.

“Carlos avec sa beauté angélique nordique et Brian avec sa force sombre hellénique.” Elle soupire et dit avec nostalgie : “Imagine-les s’embrasser.”

Pendant un bref instant, Carla l’a fait, et l’image a fait surgir une vague de chaleur dans son corps. Elle n’avait jamais vraiment pensé à deux hommes ensemble dans un contexte érotique et si elle l’avait fait, elle doutait que Brian et Carlos soient en haut de sa liste. Mais maintenant, alors qu’elle regardait par la fenêtre leurs corps mouillés et qu’elle les imaginait glisser l’un contre l’autre, elle a réalisé qu’il n’y avait rien qu’elle voulait plus.

Son cœur s’est emballé et elle a senti une bouffée de chaleur humide s’installer entre ses jambes.

“Comment les inciter à le faire ?”

“Joue sur leurs faiblesses – le sexe et nous.”

* * * *

La soirée était chaude. Le ciel s’était transformé en un glorieux coucher de soleil texan. Des nuances d’or, de rouge et d’orange brûlé fondaient sur l’horizon. Carla était blottie contre Brian et Jessica contre Carlos. Alors qu’ils avaient prévu un grand barbecue, ils avaient fini par se contenter de grignoter au bord de la piscine tout l’après-midi. Deux pichets de daiquiri avaient disparu ainsi que la plupart des bières qu’ils avaient placées dans la glacière. Bien que personne ne soit complètement ivre, les quatre étaient agréablement éméchés.

“J’ai réfléchi…” a dit Jessica et de dessous son Carlos a laissé échapper un gémissement. Ignorant les protestations de son petit ami, Jessica a continué, “…à embrasser Carla”.

Carlos et Brian se sont tous deux redressés d’un coup, Brian faisant légèrement tomber Carla de ses genoux. “Je suis intéressé”, a dit Brian, d’une manière si sérieuse et enfantine que Carla a ri aux éclats. “Hé ! Je suis intéressé”, a-t-il protesté en la poussant doucement dans les côtes alors qu’elle se réinstallait sur son genou.

“Je sais, chérie, je pense que le monde entier le sait.”

“Alors, fais-le maintenant”, dit Carlos en poussant Jessica de ses genoux vers Carla.

“Pas si vite Calvin”, a dit Jessica en se tenant entre les deux chaises longues de la piscine, les mains sur les hanches, “il y a des règles”.

“Des règles ?”

Carla a vu les yeux de Carlos se rétrécir et pensant que Jessica était déjà en train de perdre les gars, elle a lâché : “Nous avons plutôt besoin d’incitations que de règles.”

“Des incitations ?” Carlos a répété ses mots avec son sourire perplexe typique.

“Oui.”

Carla a regardé les gars partager un regard conspirateur. “Comme si nous avions besoin de te motiver ou quelque chose comme ça ? Crois-moi bébé, je suis prêt à te motiver.” Brian a poussé contre les fesses de Carla et elle a senti le contour clair de son érection.

Carla a fait rouler ses hanches doucement et a souri à son gémissement. “Viens à l’intérieur chérie, dans la chambre de Jessica et nous te le dirons.”

Les garçons n’ont pas eu besoin qu’on leur demande deux fois. Carlos a pris les escaliers deux par deux et Brian arrivait rapidement derrière lui. Carla a commencé à se précipiter dans les escaliers aussi mais a été retenue par la main fraîche de Jessica qui se posait légèrement sur son ventre. Elle s’est arrêtée à mi-marche et a demandé, “Quoi ?”.

“Ne te précipite pas. Donne-leur le temps de parler.”

“Pourquoi ?”

“Ils sont en ce moment même là-haut en train de discuter de ce qu’ils veulent que nous fassions. Plus nous leur donnons de temps, plus leur plan sera détaillé. Plus ils seront excités et donc plus ils s’engageront à voir leurs fantasmes mis en œuvre.”

Carla a réalisé à ce moment-là, en regardant la lueur dans les yeux de Jessica, à quel point sa meilleure amie était machiavélique. Le plan de Jessica était de demander aux garçons de leur dire ce qu’ils voulaient voir faire aux filles, d’accepter tout, à la seule condition que les garçons les égalent coup pour coup.

Carla pensait que c’était impossible. Peu importe à quel point les garçons voulaient les voir faire, elle et Jessica, pas question qu’ils le fassent eux-mêmes si c’était la seule solution.

“Je sais ce que tu penses, mais tu as tort.”

“Nous verrons”, dit Carla d’une voix méfiante.

“Sérieusement, tu as tort. Ils ne sont pas aussi opposés à l’idée que tu le penses Carla. Et bien, s’ils le sont, nous ferons marche arrière et il n’y aura aucun mal.”

“Il n’y a pas de mal, pas de faute”, a dit Carla en ressentant un sursaut de déception car, selon toute vraisemblance, elle n’embrasserait plus Jessica ce soir.

Le temps que les filles arrivent dans la chambre de Jessica, les deux garçons étaient affalés sur son grand lit. Leurs têtes étaient serrées l’une contre l’autre ; ils avaient l’air légèrement coupables, comme s’ils avaient discuté de quelque chose qui pourrait leur attirer des ennuis.

Carlos a déplacé le matelas pour s’étaler sur la tête de lit en étendant ses bras le long du sommet. “Viens ici”, a-t-il murmuré à Jessica d’une voix de chambre rêveuse qui a fait frissonner Carla. Pas étonnant qu’elle ait adoré cet homme.

Jessica a grimpé sur le lit et s’est déplacée pour se blottir entre les cuisses écartées de Carlos. Carla a fait de même, se blottissant contre la poitrine de Brian.

“Alors les filles, pourquoi ne pas nous dire ce que vous avez en tête ?” a demandé Carlos.

“En fait,” dit Jessica avec cet accent anglais correct que Carla aime tant, “Vous devez nous dire ce que vous voulez que nous fassions.”

“Vraiment ?” dit Brian en jetant un rapide coup d’œil méfiant à Carlos.

“Allez”, a dit Carla avec une claque de bonne humeur sur les abdominaux de Brian, “Je suis sûre que tu en as parlé en détail. Pourquoi ne nous le dis-tu pas ? Dis-nous ce que tu veux nous voir faire.”

Carlos s’est raclé la gorge et s’est assis en bougeant ses bras pour s’enrouler librement autour des épaules de Jessica. “Très bien. Je vais commencer.” Il a regardé Brian en disant : “N’hésite pas à intervenir quand tu veux, mon pote.”

Carla a levé les yeux pour voir Brian hocher la tête. Elle a caressé ses doigts dans les cheveux sombres et croquants qui serpentaient le long de son ventre, aimant la sensation de ses muscles qui se contractaient sous sa main. Même si elle voulait caresser plus bas et sentir la bosse croissante dans son short, elle ne l’a pas fait, elle devait attendre. Ils avaient un plan.

“Je veux te voir embrasser…”

Carla l’a interrompu d’un geste impatient de la main, “Nous savons ça Carlos. Nous voulons savoir le reste. Dis-nous le reste. Tu veux sûrement nous voir faire plus que nous embrasser.”

Il s’est à nouveau raclé la gorge et pendant un moment, Carla s’est sentie désolée de l’avoir interrompu. Il semblait si nerveux, comme un enfant qui se confesse, comme s’il risquait à tout moment d’avoir des ennuis et d’être renvoyé chez lui. Carla était sur le point de le rassurer lorsque Jessica s’est assise, s’est tournée pour lui faire face et a pris ses deux mains dans les siennes. De son beau ton calme et sérieux, elle a dit doucement : “Calvin, chéri, rien de ce que tu dis ici ne nous affectera. Je te le promets. Rien de ce que tu fais, rien de ce que tu dis ne m’empêchera de t’aimer. Ce n’est qu’un fantasme, c’est un jeu et nous pouvons nous arrêter à tout moment.”

Puis elle s’est mise à genoux et s’est penchée pour l’embrasser. En les regardant s’embrasser – Jessica a glissé sa langue rose entre les lèvres de Carlos – un sentiment chaud et lourd s’est installé au plus profond de Carla. Une douleur douce et chaude en son centre qui révélait un secret bien gardé qu’elle ne pouvait plus nier.

Elle voulait regarder Jessica jouir.

Elle voulait embrasser Jessica. Plus profondément que le baiser chaste qu’elle a déposé sur elle dans la cuisine. Elle voulait plonger à l’intérieur, taquiner sa langue, sucer ses lèvres jusqu’à ce que Jessica gémisse. Embrasser sa bouche pendant qu’elle caressait son clito, sentir ses halètements d’orgasme contre ses lèvres alors que sa chatte se serrait autour de ses doigts.

Jessica a rompu le baiser et s’est remise à genoux, s’agenouillant entre les cuisses de Carlos. “Dis-moi.” Elle s’est tournée, a souri légèrement et a tendu sa main à Carla. Lorsque leurs doigts se sont entrelacés, elle s’est retournée vers Carlos et a dit : “Dis-nous. Dis-nous ce que tu veux.”

Calvin a hoché la tête ; ses mots sont sortis à la hâte, “Très bien alors, je veux voir Carla te déshabiller. Enlever tes vêtements et te regarder. Passe du temps à te regarder de tous les côtés. Je veux la voir lécher autour de tes tétons, jusqu’à ce qu’elle te supplie de les sucer dans sa bouche. Quand tes tétons seront durs et mouillés par sa bouche, je veux la voir embrasser le long de ton ventre, écarter tes jambes et lécher ta jolie chatte.”

“Plus”, a demandé Jessica d’une voix profonde, teintée de désir.

Calvin a regardé Brian qui a hoché la tête, s’est raclé la gorge puis a dit, “Quand elle te lèche. Je veux la voir aller plus bas.”

“Plus bas ?” Carla a demandé, presque sûre de savoir où cela allait. Bri était vraiment un homme à cul.

Il a baissé les yeux, une rougeur teintant ses joues. “Je veux que tu lui lèches le trou du cul.”

Carla a échangé un bref regard avec Jessica qui a tout sauf souri.

“J’aimerais bien, Carla.”

“Tu aimerais ?” Brian et Carlos ont tous deux répondu en stéréo choquée.

“Dis-m’en plus, chéri”, a demandé Carla en caressant sa main le long de son ventre. Il a continué, ses yeux sombres remplis de luxure fixés sur Carla. “Quand tu auras rendu son joli petit trou du cul tout doux et humide, je veux te voir y enfoncer un doigt.”

La chatte de Carla a commencé à palpiter. Le bas de son bikini était collé chaud et humide à ses lèvres. Elle s’est déplacée sur le lit, faisant rouler ses hanches pour soulager la douleur que ses mots avaient créée.

“Quand ton doigt est enfoncé profondément dans son trou du cul, je veux te voir lécher son clito. Fais entrer et sortir ton doigt. Baise son trou du cul pendant que tu suces son clito.”

Carla avait tout oublié de l’expérience, tout ce qu’elle voulait maintenant, c’était suivre les instructions de Brian. Qu’il regarde pendant qu’il lui disait ce qu’elle devait faire à Jessica.

Carla s’était mise à genoux et, avec une concentration sans faille, commençait à ramper sur le matelas jusqu’à Jessica lorsqu’elle l’a entendu parler. “Arrête”, a-t-elle dit d’une voix haletante. “Rappelle-toi les incitations.”

C’est vrai, les incitations.

La raison pour laquelle ils étaient toutes les quatre ici, excitées et enlacées sur le lit de Jessica. Carla s’est arrêtée et s’est assise sur ses genoux. Brian est arrivé derrière elle en la tirant contre lui pour qu’elle puisse sentir la longueur dure de sa queue sur le bas de son dos.

“Que veux-tu que nous fassions ?” Brian a demandé, la voix dégoulinante du besoin féroce que Carla sentait palpiter entre ses jambes.

“Faites comme nous. Coup pour coup.”

“Quoi ?” Carlos a demandé, visiblement confus.

“Coup pour coup”, a dit Carla, rencontrant les yeux de Carlos. “Ce que nous faisons. Ce que toi et Brian faites.”

“Pas question !” Carlos a rétorqué, son corps entier se raidissant. Il s’est déplacé plus près de la tête de lit. Plus loin de Brian et Carla. Sa pose laconique aux membres lâches a maintenant disparu depuis longtemps, il a croisé ses bras sur sa poitrine dans une action défensive évidente.

Jessica s’est tournée vers lui et a posé sa main douce sur sa poitrine. “C’est bon. Si tu ne veux pas le faire, c’est très bien. Nous allons en finir ici. Peux-tu me passer mon peignoir s’il te plaît chéri ? Il est accroché au bout du lit, juste là.”

Une bataille fait rage dans les yeux de Carlos alors qu’il tend la main vers le peignoir. Il a regardé Jessica. Carla voyait bien qu’il ne voulait pas la couvrir, qu’il ne voulait pas que cela se termine, mais il était clairement déstabilisé par toute cette idée de tit for tat.

Carla ne voulait pas non plus que ça se termine. Elle devait trouver un moyen de faire rester Carlos, de le convaincre…

C’est alors qu’elle a réalisé quelque chose. Brian n’avait pas protesté. Il n’avait pas dit un mot et sa queue était toujours en train de presser très fort contre le dos de Carla.

Brian ne voulait pas que cela se termine.

Carlos avait la robe dans sa main ; il la regardait, comme si d’une manière ou d’une autre il pouvait trouver les réponses dans ce long morceau de soie.

“Attends”, a dit Carla en se dégageant de l’étreinte de Brian. Elle s’est assise les jambes croisées au milieu du lit. Les trois paires d’yeux se sont verrouillées sur elle dans l’expectative. “Pourquoi ne pas commencer et si tu n’aimes pas ça… si tu n’es pas excité… eh bien nous arrêterons. Nous arrêterons tout simplement.”

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” Carlos a demandé en fronçant les yeux.

“Eh bien, c’est assez évident quand un gars est excité”, dit-elle en agitant une main vers l’entrejambe de Carlos, “on ne peut pas simuler ce genre de chose. Si tu n’aimes pas ça, eh bien, ce sera évident et nous arrêterons tous.”

“Arrêter”, dit Carlos lentement comme s’il mâchait le concept.

“À n’importe quel moment. Sur l’avis de n’importe qui. Nous nous arrêterons,” dit Carla.

“Nous devrions avoir un mot de sécurité,” dit Jessica.

“Pourquoi pas arrêter, ça marche pour moi,” dit Carlos avec un léger rire. Le son de celui-ci a frappé Carla avec une vague de soulagement, cela pourrait vraiment arriver.

Jessica s’est mise à genoux en rampant entre les jambes de Carlos. Elle a ronronné, “Oh chéri tu sais quand parfois je dis stop je ne le pense pas”.

Les yeux de Carlos se sont assombris et il s’est léché les lèvres. Leurs yeux se sont verrouillés dans un moment de souvenir brûlant dont Carla aurait tout donné pour savoir ce qu’il signifiait.

“Bien”, a dit Carlos d’un ton fumé, “Pas d’arrêt alors. Qu’est-ce que ça devrait être ?”

Carla a tourné la tête et a demandé à Brian, voulant le ramener dans la discussion, “Qu’est-ce que tu en penses, chéri ?”.

Il s’est raclé la gorge et a dit : “Rouge. Pourquoi pas rouge, ça veut dire stop.”

“Bonne idée”, dit Jessica en tapant dans ses mains, “Le mot stop est rouge. Est-ce que tout est clair ?”

Son accent britannique efficace les a tous fait rire, dissolvant la tension restante dans la pièce. “Honnêtement, je ne sais pas pourquoi vous semblez tous rire à la moindre de mes paroles”, dit Jessica en fronçant le nez d’une manière adorable.

“Bien,” dit Carlos en se déplaçant de la planche arrière et en s’asseyant droit en ramenant ses genoux sur sa poitrine, “Comment tout cela va-t-il fonctionner, parce que je peux te dire tout de suite que je suis totalement rouge à l’idée d’être le nichon dans le nichon pour le nichon.”

“Eh bien,” dit Brian en se raclant à nouveau la gorge, “C’est Carla qui a fait tous ces trucs à Jessica. Je suppose donc que c’est moi qui devrais te faire les choses.”

Carla a regardé leurs yeux se croiser. Les yeux marron foncé, presque noirs, de Brian se connectant au bleu vif de ceux de Carlos. Le moment était électrique, elle a retenu son souffle jusqu’à ce que Carlos brise le regard et fasse un bref signe de tête.

Cela allait se produire. Tout allait se passer.

“Carlos, c’est toi le responsable alors”, a dit Jessica, et Carla pouvait voir qu’il était clairement heureux de cela, “tu vas dire à Carla et Brian ce qu’il faut faire. Comment veux-tu que nous commencions ?”

“Tamise les lumières Jessica,” a dit Carlos en se levant du lit et en tendant la main, “Et puis viens avec moi.” Jessica a fait ce que Carlos a dit, tamisant les lumières jusqu’à un bronze terne et a ensuite quitté la pièce, laissant Brian et Carla seuls.

Carla a tendu la main. “Tu es d’accord avec ça, chéri ?”

Il a hoché la tête, mais n’a rien dit alors Carla s’est mise à genoux pour aller vers lui, chevauchant ses cuisses. Brian était assis en arrière sur ses genoux, il a enroulé ses bras autour de sa taille en la berçant légèrement contre lui.

“Oui, je vais bien”, murmura-t-il à son oreille.

“Un peu plus que bien”, a dit Carla en remuant ses fesses sur son érection, “C’est pour moi ou pour Carlos ?”.

Brian l’a repoussée, ses yeux brillants de colère surprise. Elle s’est retournée pour lui faire face. “Hé,” dit Carla en caressant sa main sur sa poitrine, “Ne sois pas comme ça. Je ne te taquine pas, chéri. Je te demande simplement.”

“Pourquoi ?”

Il avait croisé sa main sur sa poitrine. Carla a déplacé sa main jusqu’à la sienne, déroulant doucement les doigts de leurs poings. “Pourquoi”, a-t-il répété alors qu’elle tenait sa main dans la sienne, “Pourquoi demandes-tu ?”

Elle voulait qu’il sache, elle avait besoin qu’il sache qu’elle était d’accord avec ça, tout ça, avec Brian qui voulait Carlos et elle qui voulait Jessica. Elle n’arrivait pas à trouver les mots alors elle l’a fait de la seule façon qu’elle connaissait. Elle a fait glisser sa main le long de son ventre nu, dans la partie avant de sa culotte de bikini, jusqu’à ce que ses doigts s’enroulent dans la touffe de cheveux humides. Elle a poussé sur ses doigts, les passant entre ses lèvres trempées en disant : “Parce que tout ça, c’est pour Jessica”.

“Oh putain”, a juré Brian avant de se pencher et de prendre sa bouche dans un baiser brûlant. “Tu es si mouillée, tu es si mouillée, putain”, a-t-il dit contre ses lèvres en enfonçant ses doigts dans sa chatte serrée.

“Je t’avais dit qu’ils commenceraient sans nous”, a entendu une voix amusée depuis le seuil de la porte. Carla a levé les yeux vers Carlos en tirant les doigts de Brian de la culotte de son bikini. Elle a amené les doigts humides jusqu’à ses lèvres, regardant les yeux de Carlos pendant que Brian les aspirait dans sa bouche.

“Putain.”

Carla a entendu Carlos murmurer un juron alors que ses yeux se verrouillaient sur les doigts dans la bouche de Brian. Est-ce qu’il imagine sa bite dans cette bouche ? s’est-elle demandée. Ce n’est que lorsqu’elle a vu la main de Jessica s’enrouler autour de la taille de Carlos qu’elle a remarqué qu’ils étaient tous les deux habillés.

“C’est quoi ces vêtements ?” a-t-elle demandé.

“Eh bien, tu peux difficilement me déshabiller si je ne suis qu’en maillot de bain”, a dit Jessica avec un sourire en coin.

La déshabiller, Carla a ressenti un sursaut de désir à cette idée. Elle portait une robe de bain florale avec de minuscules boutons perlés qui allaient de l’encolure carrée jusqu’à l’ourlet en ligne A. Carlos était revenu toujours en short de bain, mais avec une chemise de surf boutonnée à manches courtes.

“Faisons ça”, a dit Carlos en marchant pour se mettre à côté du lit. Jessica a suivi jusqu’à ce qu’ils se tiennent tous les deux à environ un pied de distance près du bord du lit.

“Viens ici”, a dit Carlos en pointant son doigt vers Brian dans un geste ouvertement sexuel qui a fait bondir le cœur de Carla et lui a donné des frissons.

Carla a suivi Brian en le faisant correspondre à chaque mouvement alors qu’il rampait sur le matelas pour s’asseoir devant Carlos.

“Ouvre tes jambes”, a ordonné Carlos et elle et Brian se sont écartés, regardant leurs deux meilleurs amis se placer entre leurs jambes respectives.

“Déboutonne-toi”, a dit Carlos, se lançant directement dans le fantasme qu’il leur avait raconté auparavant. Carla a regardé Brian et ils ont partagé un sourire nerveux.

Carla était délibérément lente lorsqu’elle déboutonnait. Elle a senti Jessica frissonner lorsque le bout de ses doigts a effleuré sa peau. Elle portait toujours son bikini à string blanc sous la robe. Au fur et à mesure que les boutons s’ouvraient, son décolleté pulpeux se révélait de plus en plus. Jessica n’avait pas de poitrine, elle était loin d’être aussi bien dotée que Carla, mais il y avait quelque chose dans ces petits monticules parfaitement formés qui donnait envie à Carla de les mordre.

En arrivant au nombril de Carla, elle a regardé les gars. Les yeux de Carlos étaient sur Jessica, son ventre serré et dur comme s’il retenait sa respiration. Brian a défait le dernier bouton de sa chemise et elle a entendu Carlos soupirer.

Les yeux de Brian n’avaient pas bougé de Carlos. Ses doigts ont tremblé lorsqu’il est passé de la position assise à la position à genoux et a poussé la chemise de Carlos de ses épaules. Pendant un bref instant, Carlos et Brian ont fermé les yeux. Ils se sont regardés fixement et c’était le moment le plus érotique de la vie de Carla. Elle a senti Jessica descendre et serrer ses doigts, qui étaient toujours accrochés au bouton qu’elle avait ouvert. Elle a levé les yeux pour voir Jessica, la poitrine gonflée, qui regardait les garçons avec une envie non dissimulée.

Carla a tâtonné les cinq derniers boutons. C’était difficile de faire travailler ses doigts, ils tremblaient avec la charge d’adrénaline de la luxure qui déferlait dans ses veines. Quand elle a enfin réussi à ouvrir la robe, elle s’est levée pour l’enlever mais Jessica l’a devancée, en enlevant la robe de ses épaules. Elle est tombée sur le sol en un tas à ses pieds.

“Enlève tout”, a ordonné Carlos en suivant le fantasme de Brian.

Carla, à genoux, s’est penchée en avant pour détacher le bikini de Jessica, pendant qu’elle le faisait, leurs seins se sont connectés à une brève brosse électrique qui l’a fait haleter. La ficelle s’est détachée facilement et les bonnets se sont libérés en tombant sur son ventre. Elle a enroulé ses bras autour de la taille de Jessica pour trouver le nœud arrière. La chair douce et chaude des seins de Jessica s’est pressée contre ses clavicules pendant qu’elle le faisait. Elle sentait si bon. De la vanille chaude et l’eau salée de la piscine. Elle voulait la goûter, lécher sa peau et savourer la chair sucrée et salée.

Lorsque le bikini à ficelle a été détaché et les seins de Jessica libérés, elle s’est assise de nouveau pour descendre le bas. Le tissu s’est coincé sur la courbe de sa hanche et elle a senti la main de Jessica descendre sur la sienne et elle a dit, “Ils se détachent Carla. Ici, sur les côtés.”

Carla a détaché la culotte du bikini, le bout de tissu blanc est tombé sur le sol, atterrissant sur la robe de soleil florale. Jessica se tenait devant elle, nue. La peau pâle exposée brillait en rose dans la lumière douce.

Elle a regardé son remplissage. Elle a adoré. Elle a regardé avec émerveillement. Elle s’est mise à genoux pour se prosterner devant l’autel parfait du corps nu de Jessica. Carla s’est penchée, prête, prête à prendre cette bouche une fois de plus, à la presser contre elle…..

“Non.”

Au commandement de Carlos, elle a été tirée de sa fugue. Les deux femmes se sont retournées au son de sa voix. Il portait toujours son maillot de bain boxer noir. Il était bombé à l’entrejambe à quelques centimètres du visage de Brian.

Carla a de nouveau senti une bouffée de chaleur humide s’installer entre ses jambes.

C’était si chaud, si chaud de regarder son homme avec sa bouche si proche de cette bite dure.

Jessica, comme si elle pouvait entendre les pensées de Carla a tendu sa main vers le bas, passant ses doigts dans les cheveux de Carla elle a murmuré, “Oui. Je sais. Je sais.”

Carla a regardé les mains sombres de Brian se poser sur la peau dorée tendue sur les hanches parfaites de Carlos. Crochetant ses doigts dans la ceinture élastique, Brian a retiré le tissu en prenant soin de ne pas attraper l’érection de Carlos. La queue s’avançait, dure et rouge. La tête non circoncise touchait presque le visage de Brian lorsqu’il l’a libérée, effleurant plutôt ses cheveux noirs. Carlos a haleté et Brian a levé les yeux au ciel pour entendre le son, ses lèvres effleurant le bout humide. Le halètement de Carlos s’est transformé en gémissement et pendant un bref instant, Carla était sûre que Brian allait s’avancer et prendre dans sa bouche la tête de la bite de Carlos qui était couverte de sperme. Il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, Carlos a fait un pas en arrière et a laissé son maillot de bain tomber sur le sol. Il est sorti du tissu noir, sa queue se balançant en même temps. Tous les observateurs fixaient la longueur de chair dure pendant qu’il bougeait, transis.

“Maintenant, je veux que tu regardes. Regardez simplement”, a dit Carlos d’une voix rauque faisant écho aux mots qu’il leur avait dits au début.

Carla s’est tournée vers Jessica, a levé les yeux vers son visage et a souri en voyant un doux rougissement remonter lentement le long de sa poitrine et de son cou.

“J’adore quand tu rougis”, a-t-elle dit à voix basse, en regardant Carlos pour vérifier s’il était d’accord pour parler. Il a rencontré son regard brièvement et a hoché la tête en réponse à sa question non exprimée.

“C’est vrai ?” Jessica a répondu calmement.

“Cela fait que ta beauté pâle se teinte de rose, comme si je te voyais à travers un filtre de lentille.”

“Oh,” dit Jessica en rougissant à nouveau.

“J’adore tes cheveux, veux-tu les laisser tomber ?”

Jessica a hoché la tête et s’est penchée derrière elle pour retirer la bande qui retenait sa queue de cheval lâche, tandis que ses seins se balançaient. Les mamelons pointaient vers le haut avec le mouvement de ses bras au-dessus de sa tête. Ils étaient roses à pointe, d’un doux rose framboise, les petites aréoles se fronçaient dans l’air frais de la nuit. “Je veux embrasser tes taches de rousseur. Faire courir ma langue entre chacune d’elles.”

“Oh”, dit encore Jessica avec une surprise silencieuse. Ses cheveux libérés, elle a ramené ses mains le long de ses côtés. Des boucles dorées rouges et humides encadraient son visage, formant un halo autour de son beau visage.

“Je dois te parler ?” Carla a entendu Brian demander. Elle s’est détournée de Jessica pour regarder les gars.

“Si tu veux”, a dit Carlos, l’air embarrassé à cette idée.

“Non”, a dit Carla, sentant la tension entre les garçons. Elle voulait passer à autre chose, ne voulant pas risquer que l’un ou l’autre appelle rouge. “S’il te plaît, Carlos, dis-moi ce que je dois faire ensuite.”

“Oui, s’il te plaît”, a dit Jessica.

La supplique de Jessica a semblé renverser le cours des choses. Carlos a hoché la tête, s’est éclairci la gorge doucement et a recommencé à parler, “Taquine ses seins, tout autour des tétons. Mords, lèche, suce.”

Carla s’est mise à genoux ; elle s’est penchée sur Jessica, inhalant d’abord l’odeur douce et chaude de la vanille avant d’amener sa bouche sur le gonflement de son sein droit. Jessica a haleté au premier contact humide de sa langue. Carla a goûté en premier, léchant la chair salée et sucrée avant d’ouvrir la bouche pour déposer un baiser humide et sucré.

Carlos a gémi. Au début, Carla pensait que c’était à cause de ce qu’elle faisait à Jessica, mais quand elle a regardé, elle a découvert que c’était à cause de Brian. À cause de la langue méchante de Brian qui tournait autour du mamelon de Carlos, la barbe rugueuse de son menton tournant en rond autour de la chair si sensible. Carla savait ce que ça faisait, c’était tellement excitant de voir Brian faire ça à quelqu’un d’autre, surtout à un autre homme. Un homme aussi beau que Carlos.

Carla a continué à taquiner le mamelon froncé de Jessica, le léchant de près mais sans jamais le toucher. Elle a soufflé de l’air chaud sur le bout tendu et a été récompensée par un gémissement suppliant.

“Suce-le”, gémit Carlos et c’est ce qu’elle a fait. Elle s’est avancée et a pris le bout de framboise profondément dans sa bouche, en suçant fort, exactement comme elle aimait que Brian le fasse pour elle. Jessica a gémi. Enfonçant ses doigts dans les cheveux de Carla, elle a courbé le dos en offrant davantage de la chair de sa douce poitrine à la bouche de Carla.

Lorsque le bout droit a été rougi et mouillé par sa bouche, Carla est passée au gauche. Suçant, léchant, mordant, faisant glisser sa langue sur la pointe dure jusqu’à ce qu’elle entende Jessica crier de plaisir.

Elle était si mouillée, si sacrément mouillée. Sa chatte lui faisait mal, elle palpitait. Celle de Jessica aussi ? Elle voulait répondre à la question, glisser sa main le long de la courbe douce de son ventre et se glisser entre les jolies lèvres de sa chatte. Mais elle ne l’a pas fait, elle a attendu, attendu le prochain ordre de Carlos, celui de sucer son clito.

Elle savait que ce moment était crucial. Il était crucial pour le plan. C’était maintenant le moment de prendre une décision pour Carlos. Pouvait-il accepter sa queue dans la bouche de Brian ? Brian sucerait-il ?

Carlos était visiblement excité. Sa bite dépassait, la pointe humide et dure.

Que ferait-il ?

“Embrasse son ventre, jusqu’à sa chatte”.

Carlos n’a rien dit sur lui-même, ni sur Brian, mais l’action était implicite. Tit for Tat. Ce qu’elle ferait, Brian le ferait aussi.

Carla a quitté le doux monticule de la poitrine de Jessica avec un dernier baiser de succion sur son mamelon, puis a fait glisser sa langue sur la peau pâle de son ventre. Elle a fait le tour du doux creux de son nombril avant d’y glisser sa langue. En gloussant à la crispation de l’estomac de Jessica et au halètement qui s’en dégageait, elle a pressé de doux baisers humides sur chacun des os de la hanche de Jessica, prenant un moment pour blottir son visage contre la peau douce et parfumée en dessous.

Sa bouche était maintenant sur le petit monticule rouge et or de la chatte de Jessica. Elle pouvait sentir son parfum musqué, sa bouche était humide et elle ne voulait rien de plus que de goûter. Avant de le faire, elle a regardé Brian. Il passait sa langue le long de la ligne de muscles en V qui descendait vers la queue de Carlos. Carlos avait sa main légèrement posée dans les cheveux de Brian et sa tête était rejetée en arrière, cambrant son bassin en avant.

Brian n’avait pas encore mis sa bouche sur la queue de Carlos. Carla a attendu. Elle voulait voir. Elle voulait voir le moment précis où Brian a porté la bite de Carlos à ses lèvres.

“Regarde”, chuchote Jessica en passant ses doigts dans les cheveux de Carla pour orienter son visage plus loin vers les gars, “Regarde”.

Brian a ramené sa tête en arrière en inclinant son menton pour regarder vers le haut. Sa bouche était à moins d’un centimètre de l’érection saillante de Carlos. Brian a soufflé un doux filet d’air sur la tête humide et Carlos a gémi, regardé son ami et dit : “Oui”.

Brian a ouvert grand la bouche, absorbant la moitié de la bite en une seule bouchée. Il a glissé vers l’avant, poussant aussi loin qu’il le pouvait et Carlos a gémi, “Putain. Putain oui.”

Carla a regardé, transie, Brian se retirer pour sucer la tête sensible. Il a saisi sa main à la base de la queue de Carlos et a caressé de la racine à la pointe tout en suçant la tête. La main dans les cheveux de Carla s’est crispée, tirant sur les mèches, formant un poing. Jessica a ramené sa tête vers sa chatte et, comme Carlos, a regardé Carla et elle a aussi dit “Oui”.

Carla a déplacé son dos pour s’appuyer contre le lit, ses genoux sur la robe du soleil. En étalant ses mains sur l’intérieur des cuisses de Jessica, elle les a ouvertes jusqu’à ce qu’elle voie les lèvres gonflées de la chatte de Jessica. Humide et brillant, le gros bouton de son clito dépassait d’une petite touffe de poils taillés. Carla s’est d’abord dirigée vers l’humidité, contournant le clitoris de Jessica pour goûter à son miel.

Carla avait toujours aimé le goût de sa propre chatte. Elle léchait régulièrement la queue de Brian pour la nettoyer de son jus de chatte après qu’ils aient baisé. C’était l’une de ses choses préférées à faire – et la sienne. Si elle aimait son propre goût, elle adorait celui de Jessica. C’était incroyable. Sirop musqué et salé, elle l’a lapé entre les lèvres de sa chatte, enroulant sa langue pour recueillir davantage de son goût sucré. Son nez a heurté le clito de Jessica pendant qu’elle le faisait et elle a entendu le cri d’en haut. Le visage sucré par le jus de Jessica, elle a levé les yeux vers elle, a passé un doigt taquin sur le bouton sensible et a dit, “Tu veux ma langue ici ?”.

Jessica a hoché la tête et Carla a dit, “Non. Dis-le. Je veux t’entendre le dire.”

“Léche-moi. S’il te plaît Carla, lèche mon clito.”

Cette voix, cet accent délicieux qui la suppliait. Putain, ça l’a excitée.

Carla a étalé ses doigts sur le monticule de Jessica, tirant sur la peau pour exposer le clito de Jessica. Elle a fait jouer sa langue dans sa bouche jusqu’à ce qu’elle soit bonne et humide, puis l’a amenée sur le petit nœud.

“Oh oui. Oui,” a crié Jessica.

“Ne viens pas. Ne la laisse pas jouir”, a ordonné Carlos, surprenant suffisamment Carla pour retirer sa tête de la chatte de Jessica.

“Allonge-toi. Allonge-toi sur le lit”, a-t-il dit en s’éloignant de la bouche suceuse de Brian. Brian avait l’air étourdi, ses lèvres étaient mouillées et gonflées – d’avoir sucé une bite – putain, c’est chaud, a-t-elle pensé. Jessica et Carla étaient allongées en travers du matelas. Carlos a remonté ses genoux et Jessica, qui le regardait, a fait de même.

“Déshabille-toi”, a dit Carlos et Brian et Carla se sont empressés d’enlever leurs maillots de bain. La queue de Brian s’est libérée rapidement, comme si elle essayait désespérément de s’échapper de son short. Carla a vu les yeux de Carlos s’écarquiller. Brian était gros. Épais, long et non coupé. Il était formidable tout mou, sans parler du fait qu’il était complètement dur et prêt à partir comme il l’était maintenant.

Carla a rampé sur le lit, à genoux jusqu’à ce que sa bouche plane au-dessus de la fente humide de Jessica.

“Écarte-le.”

Carla n’a pas eu besoin de demander ce que Carlos voulait dire, elle le savait. Ses mains sont allées vers les joues rondes du cul de Jessica et ont tiré doucement, révélant la rose serrée et froncée de son trou du cul. Elle savait que Brian faisait exactement la même chose et cette pensée lui a fait exploser la tête, encore plus que le fait qu’elle était sur le point de lécher le trou du cul de sa meilleure amie.

Elle se demandait si Jessica avait déjà fait cela auparavant. L’idée d’être sa toute première était un buzz. Elle a jeté un coup d’œil à Brian et l’a vu déjà plonger son visage dans le cul de Carlos. Le rimming était l’une des bases de sa chambre.

Carla a utilisé sa langue sur le petit trou serré comme elle se souvenait que Brian le faisait pour elle. Elle a papillonné puis a enroulé sa langue raide et l’a pressée contre la fente.

Jessica s’est déplacée, a roulé ses hanches et a gémi. Carla a écouté et senti ce qu’elle préférait. Quand elle a battu un battement régulier juste sur son trou du cul, elle a soulevé ses hanches du lit et a hurlé.

“Oh mon Dieu. Oh Dieu. Oh Dieu.”

Carla savait qu’elle était prête. Tellement prête pour plus.

“A l’intérieur, s’il te plaît Carlos. À l’intérieur”, a dit Jessica dans un souffle haletant.

Carla s’est retirée du cul de Jessica et a levé les yeux. Jessica et Carlos étaient allongés, les mains entrelacées, une chose étrangement douce à voir.

Elle a attendu que Carlos parle. Il ne l’a pas fait. Passerait-il au niveau supérieur ? Carla a regardé Brian qui a rencontré son regard et a donné un petit haussement d’épaules.

Carla ne voulait pas attendre. Elle ne voulait pas que cela se termine. Elle devait faire quelque chose. Quelque chose pour faire pencher la balance. A genoux, elle a enjambé la cuisse de Jessica et s’est dirigée vers Brian et Carlos. Elle s’est mise à califourchon sur la poitrine de Carlos et s’est mise à quatre pattes, ses hanches sur les siennes, sa chatte humide étalée pour Brian.

“Mouille tes doigts en moi”, a-t-elle dit par-dessus son épaule à Brian. Carla a senti la bite de Carlos tressaillir sous ses seins à ces mots. Elle s’est retournée pour faire face à Carlos et a abaissé son corps jusqu’à ce que sa bite soit nichée entre ses seins généreux, appuyant un instant.

Carlos a sifflé au contact.

Brian a glissé une main le long de la courbe du dos de Carla. Il a effleuré ses doigts le long du pli de son cul avant de les enfoncer dans la chaleur humide de sa chatte. Elle se cambra sous la poussée de sa main et gémit. Il a joué dans la moiteur, poussant et enduisant ses doigts jusqu’à ce qu’ils soient collants avec son jus.

Elle s’est retournée vers Brian ; ses yeux étaient sur ceux de Carlos alors qu’il ramenait ses doigts pour se nicher entre les jambes de Carlos.

“Fais-le”, a dit Carla en silence et Brian a hoché la tête. Carla a descendu Carlos et s’est assise en posant ses fesses sur ses talons pour regarder. Jessica est arrivée derrière elle, pressant ses seins contre son dos et enroulant ses bras autour de sa taille.

Les doigts luisants de Brian ont disparu entre les fesses de Carlos. Carla savait ce qu’il faisait ; il glissait ces doigts lubrifiés autour du trou mouillé et doux, ajoutant lentement de la pression pour ouvrir la bouche serrée du muscle.

Taquiner. Sonder. Construisant la pression.

Carlos avait les yeux fermés, la bouche ouverte et il respirait rapidement.

“Détends-toi”, a dit Brian, la première fois qu’il parlait depuis qu’ils étaient totalement nus.

La tête de Carlos a bougé dans le plus léger des hochements de tête et ils ont tous su qu’il avait concédé. Carla a laissé échapper un souffle qu’elle ne savait même pas qu’elle retenait lorsque les doigts de Brian ont poussé pour pénétrer dans le cul de Carlos.

Carlos a gémi, s’est arqué des hanches et a marmonné une série de doux jurons. Il a écarté les jambes plus largement, Carla se demandait s’il se rendait même compte de ce qu’il faisait ou si son corps bougeait de son propre chef, cherchant désespérément le plaisir.

Jessica a lâché sa taille et a tiré sur son épaule. Elle s’est réinstallée sur le lit, les jambes écartées dans une belle invitation flagrante.

“Tit for tat”, a-t-elle chuchoté et Carla a hoché la tête avec empressement.

Avant de s’installer entre les jambes de Jessica, Carla est montée sur ses genoux, en cambrant son dos. Elle aimait la façon dont Jessica la regardait, la façon dont ses yeux suivaient le rebond et le balancement de ses seins. Elle a fait glisser sa main le long de son ventre, lentement, jusqu’à ce qu’elle atteigne sa chatte. Là, devant les yeux avides de Jessica, elle a plongé un, puis deux doigts dans son trou humide. La chair humide et serrée s’est convulsée autour de ses doigts pendant qu’elle le faisait et elle a dû lutter contre l’envie de se baiser jusqu’à l’orgasme. C’était si proche. Cela ne prendrait pas de temps du tout.

Lorsque ses doigts étaient bien enduits, elle les a sortis pour les montrer à Jessica. Mouillés et parfumés, elle les a d’abord portés aux lèvres de Jessica, laissant une trace collante de jus de fille sur la moue de sa lèvre inférieure avant de les descendre pour taquiner et ouvrir son trou du cul.

Le bout de la langue de Jessica est sorti pour lécher sa lèvre lorsque Carla a poussé le premier doigt à l’intérieur. Chaud, humide, serré et lisse – plus lisse que les parois de sa chatte.

Putain, pas étonnant que Brian ait tant aimé ça.

Jessica a pris le premier doigt facilement, se balançant contre sa main pour que Carla en ajoute un autre. Lorsque Carla a enfoncé ses doigts au plus profond de son corps, Jessica a arqué sa chatte comme si elle suppliait la bouche de Carla. Carla a baissé son visage et a sorti sa langue, taquinant le petit nœud gonflé de son clito avec des touches douces et légères.

“Plus. Plus,” a supplié Jessica et Carla était si heureuse d’obtempérer. Elle a baissé sa bouche et a aspiré ce petit clito sucré entre ses lèvres. Avec l’aide des gémissements de Jessica, elle a ajusté sa bouche, sachant que lorsqu’elle entendait un gémissement aigu, elle avait touché le point sensible.

Elle a travaillé le clito avec ses lèvres et sa langue et a poussé ses doigts. Elle s’est immergée dans le moment présent. L’odeur de Jessica, la sensation de ce cul chaud et serré, le son de son plaisir grandissant. Des halètements, des gémissements et de doux gémissements aigus.

Elle allait jouir. Jouir contre sa bouche. Jouir sur ses doigts.

“J’arrive. J’arrive. J’arrive”, halète Jessica avant de laisser échapper un gémissement et de serrer son cul. Du jus de fille chaud et sucré a jailli sur son menton alors que son trou du cul a eu des spasmes autour des doigts de Carla. Lorsque les pulsations se sont calmées, Carla a glissé ses doigts du trou du cul de Jessica. Le petit muscle était réticent à les laisser partir, émettant un léger pop lorsqu’elle les a libérés.

Jessica était rougie de rose, du bassin au front. Elle était allongée, haletante, avec une main posée sur ses yeux. Une serviette était posée au bout du lit et Carla l’a prise pour s’essuyer les mains. Elle s’est allongée à côté de Jessica, sur son côté face aux garçons. Tapotant légèrement le bras de Jessica, elle a chuchoté : “Oh chérie, je pense que tu vas vouloir voir ça.” Jessica a roulé sur elle-même en nichant sa tête sous le menton de Carla.

Carlos avait les jambes écartées, son bassin se balançait vers le haut, baisant tout sauf la bouche de Brian. Carla pouvait voir le piston du bras de Brian entre les jambes de Carlos. Il avait ses doigts profondément enfoncés dans son cul, bougeant d’avant en arrière en même temps que sa bouche suceuse. Brian les a regardés brièvement. Il savait comment taquiner ; il l’avait souvent tenue juste au bord de l’orgasme. Il a dû empêcher Carlos de jouir jusqu’à ce qu’ils regardent. Maintenant qu’il savait qu’ils l’étaient, il a apporté son autre main pour aider sa bouche à sucer. Sous l’assaut des doigts dans son cul, de la main à sa racine et de la bouche sur son bout, Carlos a joui. Ils ont regardé sa bite se secouer et ses couilles se resserrer. Brian a pris les premières impulsions dans sa bouche puis, lorsque c’est devenu trop fort, il a laissé la bite tomber de sa bouche. Deux autres jets de sperme ont jailli et ont frappé la poitrine de Brian. Carla ne savait pas ce qui était le plus chaud, regarder son petit ami avaler du sperme ou être frappé par celui-ci.

Brian a baissé les yeux sur sa poitrine en état de choc. Carlos a levé une main et a tiré sur son bras, tirant Brian vers le bas pour qu’il s’allonge à côté de lui.

Jessica a bougé de là où elle était allongée et s’est mise à genoux devant Brian. Elle a posé sa tête sur sa poitrine et a passé sa langue le long de la traînée de sperme. Brian a haleté lorsque sa langue a touché son mamelon couvert de sperme. Carla a regardé la queue de Brian tressaillir à chaque contact de la bouche de Jessica.

Elle le voulait. Elle le voulait.

Elle s’est levée en écartant Jessica et a monté son homme, ouvrant ses jambes et le guidant dans sa chatte humide. Brian a amené ses mains à sa taille, écartant ses doigts, ses pouces s’enfonçant dans les os de ses hanches.

Il s’est balancé vers le haut alors qu’elle poussait vers le bas. Carla avait les yeux fermés, totalement concentrée sur la sensation de la bite de Brian poussant profondément en elle quand elle a entendu la voix de Jessica.

Elle a ouvert les yeux et regardé par-dessus son épaule. Jessica s’était mise à genoux à côté de Carla, se penchant vers elle, ses seins effleurant le bras de Carla.

“Quoi ?” Carla a haleté.

“Je peux te regarder ?” a-t-elle demandé, ce qui a semblé étrange à Carla puisqu’elle le faisait déjà de toute évidence. Carla a hoché la tête, haletante, lorsque Brian l’a attirée violemment sur lui. Il a saisi ses hanches, l’empêchant de le chevaucher. En croisant son regard interrogateur, elle a réalisé que Jessica ne lui avait pas demandé à elle, mais à Brian et qu’elle n’avait pas tout à fait terminé sa question.”… avoir du sexe anal s’il te plaît ?”

Carla et Brian ont sursauté sous le choc et Carlos a poussé un gros rire.

Brian s’est mis à rire aussi et Carla s’est enfoncée dans sa poitrine en sentant le grondement de celle-ci contre ses seins.

“Quoi ?” dit Jessica dans un souffle, “Qu’est-ce qui est si drôle exactement ? C’est une question parfaitement raisonnable” Elle a pointé un doigt indigné vers Carlos et a continué, “Je sais qu’ils ont déjà fait du sexe anal et j’étais intéressée de voir comment ça marche parce que peut-être qu’un jour, si j’étais intéressée, j’aimerais le faire.”

Brian a ri encore plus fort, Carla qui avait essayé de ne pas rire par respect pour les sentiments de Jessica s’est maintenant jointe à lui, riant jusqu’à ce qu’il soit difficile de respirer. Elle s’est assise pour faire rentrer un peu d’air dans ses poumons. Du coin de l’œil, elle a vu Carlos s’emparer de Jessica et l’entraîner contre son corps nu. Il a planté un baiser affectueux sur sa tête et elle l’a entendu murmurer, “Bon sang, je t’aime femme”.

Jessica a soupiré et a croisé les bras.

“Qu’en dis-tu, chérie ?” Brian a levé les yeux vers Carla et a demandé avec un sourire toujours sur les lèvres : “Tu veux leur donner un vrai spectacle ?”

“Je suis de la partie si tu l’es”, a répondu Carla en descendant sur ses coudes pour lui donner un baiser profond.

“As-tu du lubrifiant ?” Brian a demandé et Carla a vu Carlos sourire et hocher la tête. Il a sauté du lit et est allé chercher le tiroir de chevet de Jessica. Pendant qu’il le faisait, Carla a vu que sa queue avait épaissi. Ce n’était pas seulement Jessica qui voulait regarder.

Carla s’est mise à genoux et s’est retirée en laissant la queue de Brian glisser lentement de sa chatte. Voulant donner un spectacle à Jessica et Brian, elle a regardé par-dessus son épaule Carlos qui tenait le lubrifiant dans sa main et a dit avec un sourire malicieux, “Me lubrifier ?”.

Il a sursauté, perdant presque la bouteille de lubrifiant de ses mains. Carla a vu ses yeux papillonner vers Jessica en signe d’interrogation, puis revenir vers elle. Jessica avait visiblement dit oui car il est arrivé derrière elle, a ouvert le couvercle du lubrifiant et a enduit deux doigts du gel.

Carla s’est balancée en arrière sur ses genoux en repoussant ses fesses vers Carlos. Elle a baissé les yeux vers Brian et a souri. Il s’était redressé sur ses coudes et regardait Carlos par-dessus son épaule.

Ses doigts étaient frais et glissants. Il en a fait glisser un d’abord le long de la couture de ses fesses puis l’a reposé sur le pli de son cul. Il a glissé en petits cercles aguichants autour d’elle, en augmentant lentement la pression. Carla a repoussé ses genoux pour l’inciter à aller plus loin. Elle a toujours aimé ce premier doigt qui pénètre à l’intérieur, Brian savait à quel point et lorsque Carlos a finalement poussé à l’intérieur, il a murmuré, “Ça fait du bien bébé, n’est-ce pas ?”.

“Oh oui”, a-t-elle gémi, laissant sa tête tomber sur la poitrine de Brian. Brian a glissé sa main entre leurs corps et a pincé son mamelon pendant que Carlos poussait le deuxième doigt à l’intérieur.

“Putain oui”, entendit-elle Carlos gémir alors que son cul prenait facilement un troisième doigt.

“Es-tu prête ?” Brian a demandé, Carla a levé la tête pour hocher la tête et l’embrasser.

Carlos a retiré ses doigts de son trou du cul et Carla s’est redressée sur ses genoux. Elle s’est retournée pour atteindre la bouteille de lubrifiant pour enduire la queue de Brian mais a constaté que Carlos ne la tenait plus. C’est Jessica qui l’a fait.

Sa superbe amie avait la paume ouverte, pressant le gel dans sa main. Lorsqu’elle s’est approchée et a abaissé la main glissante pour traire la queue de Brian, Carla a haleté. Carlos est arrivé derrière Jessica pour regarder. Les quatre paires d’yeux ont regardé les longs doigts glissants de Jessica tirer sur la queue de Brian.

“Arrête”, gémit rapidement Brian, “Tu ferais mieux d’arrêter maintenant”.

Jessica a retiré sa main et s’est installée contre la poitrine de Carlos pour regarder Carla se mettre à genoux et guider la queue de Brian vers son cul. Brian aimait qu’elle soit sur le dessus. C’était aussi la position préférée de Carla. Elle pouvait le prendre à l’intérieur à son propre rythme. Aussi lentement et aussi profondément qu’elle le voulait.

“Dis-moi”, a-t-elle entendu Jessica chuchoter, “s’il te plaît”.

“Il pousse contre mon trou du cul. La première partie est la plus difficile et la meilleure. C’est tellement serré”, a haleté Carla lorsque la grosse tête a finalement percé l’anneau de muscle serré, “peu importe combien de fois tu le fais, c’est toujours aussi serré”.

“Est-ce que ça fait du bien Brian ? Dis-moi comment tu te sens ?” Jessica, la toujours curieuse, a demandé, se penchant plus près de Brian pendant qu’elle parlait.

“C’est serré. Chaud aussi, plus chaud, plus lisse, plus serré. Putain de bon. Aaaaaaah.”

Brian a perdu la parole lorsque Carla a poussé pour le prendre jusqu’au bout. Elle a serré fort autour de sa tige et l’a senti tressaillir dans les parois serrées de son cul.

Elle est descendue sur ses coudes, jusqu’à ce que sa bouche repose contre la coquille de son oreille et a murmuré, “Baise-moi. Baise mon cul.”

Brian, qui avait maintenant été taquiné jusqu’à ses limites, a attrapé les hanches de Carla et a commencé à pousser frénétiquement. Carla a descendu une main entre ses jambes pour pincer son clito en même temps que ses poussées. Elle l’a perdue avant lui. C’est le contact de la main de Jessica qui l’a fait basculer. Juste une douce caresse de ses doigts sur son dos, descendant pour caresser ses fesses.

Elle a serré les cuisses et a laissé la vague de spasmes traverser son corps. Brian, à l’ondulation de son orgasme, a joint un grognement et un juron. “Fuuuuuuuuck”, a-t-il crié en tirant sa charge au fond du cul de Carla.

Brian, visiblement incapable de parler, a tapé sur la cuisse de Carla pour lui demander de descendre. Elle a glissé de sa queue et comme il le faisait à chaque fois, Brian a laissé échapper un sifflement presque douloureux lorsque sa queue a glissé de son trou du cul.

Après s’être libérée de Brian, Carla est tombée sur le côté. Jessica s’est mise en cuillère derrière elle, montant sur son coude et rentrant sa tête jusqu’à ce que son menton repose sur l’épaule de Carla.

“Wow”, a-t-elle chuchoté dans les cheveux de Carla et Carla, encore trop épuisée pour parler a fait un rapide signe de tête.

Carla a regardé Carlos se lever du lit. Brian était allongé à moitié sur le lit et à moitié en dehors, ses jambes pendaient sur le côté.

Se penchant vers son amie, Jessica a demandé les mêmes mots que Carla pensait en regardant son petit ami, “Tu penses qu’ils vont bien ?”.

“Je ne sais pas”, a répondu Carla.

Avant que Carla ne puisse demander, Carlos a jeté une serviette à Brian, qui l’a attrapée avec un grognement. Après un rapide essuyage de sa tête couverte de sueur, il s’est levé et a quitté le lit, suivant Carlos dans la salle de bain. Carla a entendu le bruit de la douche qui démarre et de la chasse d’eau.

Maintenant que tout était terminé, Carla a commencé à s’inquiéter. Pas pour elle et Jessica. Jessica n’était pas du genre à regretter ce qu’elles avaient fait-elle était trop académique pour les regrets. Elle s’inquiétait pour les gars, leurs réactions et les possibles séquelles sur leur amitié.

À côté d’elle, Jessica s’était levée du lit et avait enfilé sa robe de chambre. Elle s’est assise et a regardé Carla pendant qu’elle cherchait son bikini dans les couvertures. Après l’avoir trouvé caché dans le coin du lit, Carla s’est aussi habillée et s’est assise à nouveau à côté de Jessica. Le bruit de l’eau qui coule a pris fin et Carla a pu entendre des paroles murmurées qui semblaient s’élever rapidement jusqu’à des cris. Un cri et un bruit sourd les ont toutes deux fait bondir de l’endroit où elles étaient assises sur le bord du lit. Carlos est sorti de la salle de bain, la tête couverte d’une serviette.

“Calvin… qu’est-ce… que tu… que Brian… ?” bégayait Jessica, le visage rouge, devant son petit ami.

Il a laissé tomber la serviette pour la laisser pendre librement sur ses épaules et a demandé “Quoi ?”.

“De quoi parlais-tu dans la salle de bain ?” a demandé Carla, ne voulant pas connaître la réponse. Elle avait peur que cela signifie la fin de leur amitié.

Brian, qui était toujours enveloppé dans la serviette que Carlos lui avait jetée, s’est appuyé sur le montant de la porte de la salle de bain et a répondu : “Le football. Pourquoi ?”

“Le football”, dit Carla incrédule, “Vous parliez de football ?”

“Oui”, a dit Brian alors que Carlos lui jetait une paire de sweats de son sac de sport. “Nous allons descendre pour regarder une rediffusion du match”.

“Ça te va, chéri ?” Carlos a demandé en enfilant commando une paire de sweats gris amples.

“Bien sûr, pas de problème”, a répondu Jessica et Carla a regardé, incrédule, les deux hommes quitter la pièce. Carla s’est tournée vers Jessica qui a levé les mains et haussé les épaules comme si elle n’avait pas de mots.

“Oh chérie”, a dit Carla en riant, “Ce sont des gars. Tu as peut-être réussi à leur faire sucer des bites, mais tu ne pourras jamais, jamais, les faire parler.”

Carla s’est effondrée sur le lit. Jessica s’est déplacée à côté d’elle, s’allongeant sur le dos. Elle a attrapé la main de Carla, entrelaçant leurs doigts ensemble et donnant une petite pression.

Carla a tourné la tête pour lui faire face et a dit doucement, “Je suppose que ce n’est plus si hypothétique maintenant.”

“Non”, dit Jessica en rougissant doucement.

Comment pouvait-elle encore avoir l’air si innocente et rougir après tout cela ? Carla s’est émerveillée.

“Tu n’as pas besoin de poser pour moi maintenant”, a dit Carla.

“Je sais, mais je pense que tu pourrais me convaincre.”

“Vraiment ?” a dit Carla en se tournant sur le côté pour regarder Jessica.

“Hypothétiquement”, a répondu Jessica et Carla a ri.