Deux bites pour une épouse salope

Delphine était pleine d’énergie, excitée et à genoux sur le sol de la cuisine, L’épouse sexy offrait à son mari une fellation surprise qu’il n’oublierait jamais. Elle venait de rentrer à la maison avec ses émotions à fleur de peau après un atelier d’une journée sur la conduite de séances de rencontre en groupe.

Clément était en train de remplacer le couvercle de l’appareil d’éclairage au plafond lorsqu’elle est entrée. Bien qu’il soit assez grand pour le faire sans escabeau, avec ses bras tendus au-dessus de sa tête, il ressemblait à quelqu’un qui se fait voler.

Delphine a dit bonjour, a posé son sac à main sur le comptoir et a tendu la main vers sa fermeture éclair. Le couvercle s’est mis en place quelques instants avant que sa bouche n’engloutisse sa queue. Il a baissé les yeux, son visage étant un mélange de surprise, de soulagement et de plaisir. “Ça a dû être un sacré atelier.”

Il y a eu un hochement de tête en guise de réponse et un grognement qui ressemblait un peu à “Euh, hein”, mais la fellation n’a jamais cessé.

Clément s’est adossé au comptoir, a appuyé ses grandes mains sur le bord et a regardé les courts cheveux blonds de son épouse sexy se balancer au rythme de sa tête qui bouge. “Il faudra que tu me racontes tout ça, plus tard. Oh, oui. Beaucoup, beaucoup plus tard.”

C’est exactement ce que Delphine voulait. L’atelier, et l’incroyable instructeur, l’avaient laissée sur un pic émotionnel qui était une combinaison d’amour, de bonheur et d’érotisme. Cette fellation était sa façon d’exprimer tous ces sentiments.

La femme mariée adorait descendre sur Clément et était fière de ses compétences. Apprendre à faire une gorge profonde avait été son cadeau de premier anniversaire pour lui. Elle n’a jamais regretté le temps qu’il lui a fallu pour maîtriser la technique.

Maintenant, l’épouse suceuse utilisait ce nouveau talent pour prendre sa tête de bite dodue dans sa gorge. Une fois qu’il était bien en place, elle a balancé sa tête d’un côté à l’autre, frottant la surface lisse à l’intérieur du passage étroit. C’était une manœuvre qu’elle avait développée toute seule et qu’ils aimaient tous les deux. Le problème, c’est qu’elle aimait taquiner Clément et retarder son orgasme. Mais son tour de gorge rotatif manquait rarement de déclencher un orgasme.

Cette fois-ci n’a pas fait exception. Avec un “Oh, merde !” étouffé. Lorsque Clément a mis ses mains derrière sa tête, La salope mariée l’a laissé prendre le contrôle. Elle a enroulé ses bras autour de lui et s’est concentrée pour savourer la sensation de l’épais glissement qui passait devant ses lèvres étirées pendant que le gros bouton se déplaçait comme un piston de haut en bas dans sa gorge.

Le premier jet de sperme a jailli dans sa gorge. Puis Clément s’est retiré un peu pour que le suivant remplisse le peu d’espace que sa queue n’occupait pas déjà dans sa bouche. Avec une autre poussée, il est rentré dans sa gorge et y est resté pendant que le reste de sa charge se vidait directement dans son corps.

Après, ils se sont assis sur le vieux canapé rembourré de leur salon, buvant du vin, se faisant des câlins et parlant de ce qui avait déclenché les émotions incroyables que Delphine ressentait encore. “Ce sentiment n’a cessé de croître toute la journée. À la fin de la formation, nous avons fait une séance d’entraînement qui s’est terminée avec tout le monde se tenant la main, chantant et pleurant ces larmes de joie. C’était tellement irréel. Mais ce qui a rendu la journée si spéciale, c’est Régis, l’instructeur. C’est un travailleur social du nord de l’État qui dirige beaucoup de ces ateliers. À la fin de la journée, c’était comme apprendre d’un gourou.”

Clément a glissé une main sous le pull-over de Delphine et a dégrafé son soutien-gorge pendant qu’elle continuait. “Régis est italien et a ces yeux sombres et profonds qui semblent juste déverrouiller tes sentiments et un sourire qui te fait te sentir bien à ce sujet. Mais au début, la seule chose sur laquelle je pouvais me concentrer était qu’il avait perdu une jambe.”

“Comment c’est arrivé ?” demande Clément, en caressant l’un de ses seins.

“Un accident de moto. Puis il y a eu une infection. Maintenant, il n’a plus de jambe gauche. Je veux dire, aucune. Il n’aime pas porter ses prothèses ; il dit qu’elles sont inconfortables et qu’il peut se déplacer plus rapidement avec ce qui lui reste.”

“On dirait un type qui se débrouille bien.” Le pull-over a atterri sur le canapé, suivi du soutien-gorge.

“Oh, c’est vrai.” Delphine a secoué ses cheveux, puis s’est penchée vers Clément et lui a caressé l’oreille. “Le truc, c’est que lorsque je l’ai vu pour la première fois ce matin, en voyant sa jambe de pantalon retroussée, ça m’a donné la chair de poule. Je sais que c’est bizarre venant d’une infirmière. Mais être entouré de personnes qui ont perdu un membre m’a toujours dérangé.”

Clément s’est arrêté à mi-chemin de la dézippation de son jean. “Heureusement que ce ne sont que des bras et des jambes, puisque tu as épousé un type qui n’a qu’un œil et quelques cicatrices à son actif.”

“C’est différent. Tu es un homme. En plus, je n’ai pas dit que ce que je ressentais était logique et ce n’est sûrement pas quelque chose dont je suis fière, mais c’est là. C’est peut-être parce que mon grand-père a perdu ses deux jambes à cause du diabète. Je n’étais qu’un enfant et je ne l’ai jamais vraiment vu. Mais la façon dont ma mère et les autres femmes ont parlé….. Quoi qu’il en soit, voir quelqu’un comme ça, un amputé, a toujours semblé déclencher les mauvais sentiments que j’avais sur mon propre physique avant que tu n’arrives.” La femme mariée sexy a souri, s’est étirée et a soulevé ses hanches, l’invitant à finir de la déshabiller.

L’invitation a été acceptée et le jean a touché le sol. “Ces sentiments n’ont jamais eu de sens.” La main de Clément a glissé entre les cuisses de Delphine. “Après tout, quelque chose chez cette brune câline me plaisait.”

“Je sais. Je sais. Et grâce à toi, j’aime beaucoup plus mon corps maintenant. Tu m’as donné la confiance en moi dont j’avais besoin pour perdre du poids, et tu n’as pas trop fait d’histoires pour que je coupe mes cheveux en devenant blonde. Mais il y a toujours cette affreuse cicatrice d’appendicectomie. C’est pour ça que je ne porterai pas de bikini et que tu es le seul homme à avoir vu la nouvelle Delphine dans son costume d’anniversaire.”

“C’est probablement aussi bien. Un seul regard sur toi nue et les hommes forts s’évanouiraient tandis que les faibles tomberaient raides morts.” Clément, qui avait caressé la zone autour de la chatte de Delphine, a glissé un doigt à l’intérieur et a caressé son clitoris.

“Ooh, Clément, tu es si bon pour mon ego.”

“Je dis juste ce qu’il en est. Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec ton instructeur unijambiste ?”

Le doigt de Clément a glissé plus profondément dans sa chatte, rendant la parole difficile. “Eh bien, euh, le truc, c’est que Régis m’a poussé à m’ouvrir sur mes sentiments, tu sais, sur le truc du corps parfait. Maintenant, ça ne semble plus si important. Le truc, c’est que le fait qu’il ait une jambe en moins, ooh, semble naturel. Je ne peux pas l’imaginer autrement. Ça le rend plutôt sexy.”

“On dit toujours que c’est la capacité qui compte.” Clément a retiré son doigt et a lentement tracé le bout humide sur les lèvres de son épouse salope. Elle les a écartées, le laissant le glisser à l’intérieur, puis a commencé à sucer. Apprendre à accepter, à apprécier, son propre goût était aussi le fait de Clément.

Il a étudié son visage, comme s’il essayait de décider quelque chose, puis a retiré son doigt. “Ce Régis a l’air d’un gars que j’aimerais rencontrer. Tu veux l’inviter à boire un verre ?”

“Tu penses qu’il viendrait ?”

“On ne peut jamais savoir. Le truc, c’est qu’avec la façon dont tu te sens, que va-t-il se passer s’il vient ?”

La femme mariée a commencé à dire quelque chose, puis s’est interrompue. Clément et elle avaient parlé d’échangisme, mais depuis leur mariage, ils n’étaient que tous les deux. Bien que l’idée d’un plan à trois soit excitante, Delphine aimait leur exclusivité et s’inquiétait de l’ouverture de leur mariage. Mais la simple suggestion qu’ils pourraient en avoir un ce soir, et avec Régis, était une telle poussée érotique qu’elle pouvait à peine respirer.

Il était difficile de même penser, et encore moins de parler. “Il, il a probablement quelque chose d’autre de prévu. S’il peut venir, nous allons juste, tu sais, voir ce qui se passe, je suppose. Mais tu appelles. Je lui ai tout dit sur toi.”

Clément a rejoint Régis dans sa chambre d’hôtel. “Régis ? Je suis le mari borgne de Delphine, Clément.” Il y a eu une pause, puis Clément a ri. “Oh, je suis d’accord. Deux sont un tel gaspillage. Écoute, je voulais te remercier de l’avoir renvoyée chez elle en jetant ses vêtements et ses bonnes vibrations.” Après une autre pause, il a continué. “Et tu fournis un très bon service, crois-moi. Bref, elle est encore rayonnante et je me sens moi-même plutôt bien. Alors nous nous demandions si tu aimerais venir boire un verre et vérifier ce que tu as fait et peut-être, qui sait, attraper toi-même certaines de ces vibrations ?”

Il y a eu d’autres discussions jusqu’à ce que Clément dise : “Super. J’ai hâte d’y être,” et a raccroché. Il s’est retourné et a souri. “Ton gourou sera là dans trente minutes.”

L’épouse coquine a cru qu’elle allait s’évanouir.

Régis est arrivé vingt-quatre minutes plus tard. Il y a eu des embrassades, des poignées de main et des présentations. Il a dit qu’il adorait la Sangria et Clément s’est dirigé vers la cuisine. Quand il est revenu avec trois verres de vin, Delphine et Régis étaient assis ensemble sur le canapé, en pleine conversation.

Sur l’insistance de Clément, la femme sexy s’était changée en une robe décolletée et ample. À part des sandales, quelques bijoux et du parfum, elle ne portait rien d’autre. Au moment où ils en étaient à la deuxième tournée de vin, tout le monde commençait à se détendre. Clément a raconté comment il avait été surpris, et gratifié, lorsqu’une Delphine très excitée est revenue de la séance cet après-midi-là et a partagé son exubérance de manière très personnelle et agréable.

Alors que Delphine rougissait, Régis a ri et a dit qu’il était heureux que quelque chose de bien soit sorti de la séance d’entraînement. “Je suis juste désolé de ne pas avoir été là pour voir les résultats de mon travail.”

Bien qu’un peu gênée, Delphine a admis qu’elle s’était sentie emportée par le high intense. “C’est un sentiment tellement fantastique, plus qu’une simple excitation sexuelle. Cela en fait partie, sans aucun doute. Mais c’est comme si chaque partie de toi était excitée et que tu voulais partager cette énergie. Alors quand je suis rentrée à la maison, je l’ai partagée avec Clément.”

“Et je suis très content que tu l’aies fait”, a dit Clément. “Tu as toujours ce sentiment ?”

“Tu parles. C’est difficile à décrire, une sorte de sensation de chaleur et de barattage. Tout ce que je sais, c’est que ça me rend heureuse et excitée et j’ai adoré le partager avec toi. C’était un peu moins intense après ça, mais ça n’a jamais disparu. Et maintenant, c’est peut-être le fait d’en avoir parlé avec toi et Régis, mais je peux le sentir devenir plus fort.”

“Et le fait de vouloir partager fait toujours partie de ce sentiment ?”

Elle a hésité, pas sûre de dire “oui” alors qu’elle était assise à côté de Régis. Mais il n’y avait aucun doute sur la réponse. Finalement, elle a simplement hoché la tête.

Régis leur a fait un sourire complice. “C’était amusant, les enfants, mais je ferais mieux de partir. Je suis censé nourrir, et non entraver, les relations conjugales harmonieuses.”

“Ne pars pas”, dit Clément. Le seul son dans la pièce était la voix étouffée de Billie Holiday sur la stéréo. Régis et Delphine l’ont regardé.

Il leur a rendu leur regard. “Quelque chose de spécial est arrivé à Delphine aujourd’hui. Je ne le comprends pas. Mais je comprends que c’est quelque chose qu’elle veut, peut-être même qu’elle a besoin, de partager. Et, eh bien, c’est nouveau pour nous, mais nous en avons parlé et, si tu es intéressé, et si elle n’a pas changé d’avis, nous aimerions que tu restes et que tu fasses partie de ce que tu as commencé.”

Delphine s’est mordu la lèvre inférieure et a regardé Clément. “Tu es sûr ?”

“Je le suis. Et toi ?”

Régis est intervenu. “Je suppose que je devrais être galant et proposer quand même de partir. Mais Delphine, tu es juste trop mignonne et je suis bien trop excité pour ça. Mais s’il te plaît, pour moi, ne fais pas ça à cause de ma jambe. Je préfère partir que…”

“Oh, non.” Delphine a regardé Régis, son corps anguleux, la jambe du pantalon coincée, son visage sensible avec ces yeux sombres et compatissants. “C’est toi, pas ta jambe, toi et ce qui s’est passé aujourd’hui et ce que je ressens maintenant.”

La coquine d’épouse s’est retournée vers son mari. “Et c’est toi, Clément. Mais, depuis notre mariage, il n’y a que nous deux. Et maintenant, l’idée de faire un plan à trois, c’est excitant, mais c’est aussi effrayant, et je ne sais pas quoi faire.”

Il s’est penché près de toi. “Dis, oui. Tu sais que nous le voulons tous les deux.”

Un regard de soulagement a traversé le visage de Delphine. Elle a laissé échapper son souffle, a embrassé Clément profondément, puis a murmuré “Oui”.

Après un autre baiser rapide, elle s’est tournée vers son invité avec un grand sourire. “Pourquoi Régis, comment peux-tu parler de partir ? Quel genre d’hôtesse penses-tu que je suis ? Bien sûr, je veux que tu restes. Et je veux que tu te sentes à l’aise et comme chez toi.”

L’épouse sexy s’est approchée et a tapoté la bosse dans son khakis. “Et à en juger par ceci, je dirais que tu es un peu mal à l’aise. Alors pourquoi ne pas t’adosser et me laisser t’accueillir ?”

Régis a ri et a fait ce qu’on lui a demandé pendant que Delphine dézippait sa braguette, insérait sa main et repêchait une queue très raide. Grâce à sa jambe manquante, elle a pu s’approcher très près de sa queue palpitante.

Alors qu’elle commençait à lécher la tige chaude et dure, Clément a dit qu’il remplissait leurs verres. Quand il est revenu, Delphine a arrêté de lécher assez longtemps pour se tourner et prendre un verre. Tout en pompant lentement le manche de Régis avec son autre main, elle a souri à Clément et a pris un long verre.

“Merci, j’avais besoin de ça.” Elle a rendu le verre. “Tu ferais mieux de t’occuper de ça. J’ai l’impression que je vais être un peu occupée à partir de maintenant.”

“Ça se pourrait”, a dit Clément. “Mais selon le journal, c’est la Journée du Nu. Il me semble qu’il est grand temps que tu te déshabilles pour l’occasion.”

L’estomac de Delphine s’est noué avec un mélange d’excitation et d’anxiété. Clément l’a aidée à se lever. Après un long baiser rassurant, il l’a fait tourner pour faire face à Régis. Avec une lenteur taquine, il a fait glisser la robe de ses épaules. Incapable de croiser le regard de Régis, Delphine a fermé les yeux et a essayé de se concentrer pour ne pas faire d’hyperventilation.

L’épouse salope a senti ses tétons érigés revenir en arrière lorsque Clément a tiré le décolleté serré et élastique sur eux. Le haut de la robe s’est resserré autour de sa taille, puis d’un seul mouvement lent, elle l’a senti glisser sur sa cicatrice et sur ses hanches avant de descendre en cascade le long de ses jambes.

Il y a eu un souffle et elle a ouvert les yeux. Régis regardait son corps, bouche bée, en admiration. Ce souffle, ce regard, c’était un tel ego-trip qu’elle a presque pleuré de joie.

Clément a glissé ses mains autour du corps de Delphine, a pris et pressé ses seins, puis a caressé son cou. “J’ai bien peur que notre entreprise soit négligée et que tu sois l’hôtesse qui en a le plus.”

Avec l’aide de Clément, elle est sortie de sa robe et s’est agenouillée devant Régis aux yeux écarquillés. “Maintenant, où en étais-je ?” Ses doigts ont entouré sa tige palpitante.

“J’étais ici ?” L’épouse partagée s’est penchée en avant et a léché le gland évasé de Régis.

“Ou étais-je ici ?” Cette fois, elle a passé la pointe de sa langue dans ses poils pubiens sombres et bouclés.

“Peut-être que j’étais ici.” Elle a commencé à lécher de haut en bas la longueur de la tige gonflée.

Delphine a fait un sourire malicieux à Régis, puis a regardé Clément et lui a fait un clin d’œil. “Je ne peux pas en être sûre. Alors peut-être que je ferais mieux de faire attention à tout ce qu’il fait.”

L’idée de voir, toucher et goûter le corps nu de Régis la faisait frémir. Le fait qu’il n’ait qu’une seule jambe était devenu un peu plus qu’un élément d’individualité alléchant.

La boucle de ceinture a rapidement cédé aux doigts de la femme offerte. “Tu es sûre ?” a demandé Régis. Lorsqu’elle a acquiescé, il a arraché son t-shirt et a soulevé ses hanches pour l’aider à retirer son pantalon. La vue d’une seule jambe sortant de son boxer l’a arrêtée un instant. Puis elle a tendu la main vers la ceinture et a tiré d’un coup sec.

Il n’y avait pas de moignon, juste un morceau de peau serré et légèrement décoloré à l’endroit où une jambe aurait dû commencer. Cela semblait en harmonie avec le physique maigre, bronzé et bien tonique de Régis. C’était difficile de croire que le simple fait de penser à quelque chose comme ça l’avait autrefois rendue nauséeuse. L’épouse offerte a levé les yeux vers ses yeux sombres et gentils, puis s’est penchée et a embrassé doucement l’endroit. “C’est juste une partie de toi. C’est peut-être pour ça que tu es si douée pour aider les autres. Mais tu es tellement plus.”

L’épouse offerte a de nouveau embrassé le point, puis a léché et grignoté son chemin jusqu’à sa poitrine où, à la grande surprise de Régis, elle a commencé à sucer un de ses tétons. Il a poussé un cri et a presque sauté du canapé. Le mouvement soudain a séparé sa bouche de son téton très sensible. Pendant un instant, ils se sont regardés, puis elle a chevauché sa jambe restante et a pressé sa bouche contre la sienne.

Ce fut un baiser long, profond et satisfaisant. Pendant que leurs langues jouaient un tango lent et liquide, les mains de Régis ont caressé son corps mince et compact avant de se concentrer sur ses fesses. Ses dents ont pris possession de sa lèvre inférieure et elle a cédé de bon gré, passant ses mains dans ses courts cheveux noirs, tirant son visage plus près, le laissant avoir encore plus d’elle.

Lorsque leurs bouches se sont séparées, Delphine s’est levée, a pris un sein dans chaque main et les a offerts en remplacement de sa lèvre inférieure. Il a accepté avec enthousiasme, aspirant la chair crémeuse profondément dans sa bouche avant de se retirer jusqu’à ce que ses dents puissent capturer, puis titiller, le mamelon dur.

Il semblait sentir quand le seuil de plaisir/douleur approchait et changeait de poitrine, laissant le mamelon humide et sans surveillance palpiter impatiemment pendant qu’il servait son compagnon. Les sensations étaient si exquises, si intenses, qu’elle était bientôt au bord de l’orgasme. Lorsqu’un bout de doigt a glissé entre les joues de ses fesses et a touché sa chatte, elle est allée bien au-delà du bord.

Le climax a envahi son corps et son esprit. Une explosion d’énergie sexuelle pure l’a enveloppée. Avec un cri de joie animale, elle a enroulé ses bras autour de la tête de Régis et a poussé sa poitrine plus profondément dans sa bouche. Chaque fois que sa passion commençait à refluer, il caressait sa chatte et déclenchait une autre explosion de passion.

Ce n’est que lorsque les orgasmes ont consumé toutes ses forces que Régis a cédé et l’a laissée fondre sur sa poitrine et sur le canapé. Elle a reposé sa tête sur sa jambe et a savouré les picotements dans son corps.

Grâce à la jeunesse et à un peu plus de vin, elle a bientôt commencé à revivre. L’épouse offerte a décidé qu’il était grand temps que son invité descende, mais seulement après avoir pris une petite revanche. Comme le reste de son corps, la queue de Régis était longue, maigre et dure. Se retournant sur le ventre, Delphine a appuyé ses avant-bras sur sa jambe bien musclée et a enroulé ses lèvres autour de son gland sombre et gonflé. D’un seul mouvement lent et érotique, la salope d’épouse l’a emmené profondément dans le fond de sa bouche, puis après une légère poussée, dans sa gorge.

La position était confortable et lui permettait de sucer son prix avec satisfaction tout en poussant Régis vers cette limite érotique qu’elle avait récemment occupée. Mais chaque fois qu’il a commencé à jouir, elle a ralenti jusqu’à ce qu’il implore sa pitié.

Delphine a ignoré ses supplications, sachant que ce genre de taquinerie augmenterait le plaisir qu’il ressentirait lorsqu’il viendrait. Et elle avait bien l’intention de lui donner un peu de répit, tôt ou tard. Mais pour l’instant, elle appréciait d’avoir le contrôle et voulait prolonger l’acte.

Elle a décidé qu’il était temps pour son mari de se joindre à la fête. Alors que Régis gémissait et suppliait une fois de plus d’être soulagé, elle a fait une pause. “Ok, Clément, puisque tu prétends que c’est le jour du nu, tu dois te mettre au programme. Déshabille-toi, mon grand, et assieds-toi de l’autre côté de Régis.”

Amener les hommes dans l’alignement qu’elle voulait a nécessité quelques plaisanteries bon enfant et un peu de manœuvre. Mais grâce à l’amputation de Régis, les deux bites étaient bientôt en position parfaite pour recevoir des fellations simultanées.

Son objectif était de faire jouir les deux hommes en même temps. Et elle a presque réalisé son souhait. Régis était plus que prêt à exploser. Le truc était de le garder dans cet état tout en mettant Clément dans le même état. Cela n’a pas été un vrai défi.

Les deux hommes suppliaient bientôt d’être soulagés. Bien que Delphine les ait ramenés du bord du précipice plusieurs fois, elle savait qu’il serait cruel de continuer à les priver, surtout Régis qui souffrait depuis longtemps, de l’orgasme dont les deux hommes avaient si manifestement besoin. De plus, sa mâchoire commençait à fatiguer. Ses efforts redoublés ont produit des résultats rapides.

“Oh, oui ! Oh, mon Dieu-oui !” C’était Régis. L’épouse nue a enfoncé les deux têtes de bite violettes dans sa bouche avant qu’il ne se cabre et que la première explosion de son sperme salé ne déferle dans sa bouche. Quelques instants plus tard, il a été rejoint par le goût familier du sperme lisse de son mari.

La crème onctueuse a rempli sa bouche. Elle a lutté pour tout avaler en gardant les têtes de coqs en place, mais il y en avait trop. Malgré tous ses efforts, le sperme a commencé à couler et s’est bientôt étalé sur son visage et ses mains.

Avec ses doigts maintenant enduits, il est devenu impossible de garder les boutons glissants des deux bites qui se tordaient dans sa bouche. Quand celle de Régis est sortie, tout ce que Delphine a pu faire, c’est d’éloigner la tête de ses yeux.

La queue raide de Régis a continué à se tortiller dans sa main tandis que le sperme giclait sur son sein droit. Delphine a reconnu sa défaite et a renoncé à essayer de contenir l’océan de sperme des hommes. Elle a retiré la bite jaillissante de Clément de sa bouche et l’a dirigée vers son autre sein. Le sperme a rapidement recouvert les deux, alors que d’autres éclaboussaient ses mamelons érigés et sensibles.

Cela a semblé être un long moment avant que la force des éjaculations des hommes ne s’apaise. Lorsque les hampes ont commencé à ramollir, La femme sexy a remis les deux bites dans sa bouche et les a doucement traites jusqu’à ce que les hommes la supplient d’arrêter.

Les rôles se sont rapidement inversés. Les deux hommes ont commencé à se régaler de sa chair, léchant le sperme sur son visage, puis se régalant de ses seins. Ils ont sucé et grignoté tout en laissant leurs doigts jouer avec sa chatte. Par un accord tacite, Régis a été le premier à abandonner l’un des mamelons durs et humides et à commencer à lécher le corps de Delphine.

“Est-ce la soi-disant vilaine cicatrice dont tu n’as cessé de parler aujourd’hui ?” Régis a ponctué sa question en passant sa langue sur la longueur de la cicatrice chirurgicale de Delphine.

Avant qu’elle ne puisse émerger suffisamment de la brume de sa passion pour répondre, il a embrassé rapidement l’endroit. “Si c’est le cas, j’espère que tu en auras d’autres.”

Il n’en a pas dit plus, mais cela avait été suffisant. Pourquoi a-t-elle toujours rejeté les assurances de Clément, mais accepté celles de Régis ? Peut-être parce qu’elle pensait que les premières étaient un acte d’amour, alors que ce que disait Régis avait un son de vérité basé sur la luxure.

Mais toutes les pensées ont disparu lorsque sa langue s’est mise au travail. C’était un artiste absolu. Clément était bon. Mais Régis était tout simplement incroyable. Sa langue l’a taquinée et tourmentée et l’a poussée vers un orgasme humide et frémissant qui l’a laissée haletante de plaisir et avide de plus.

Alors quand elle a entendu, à travers les rémanences de son orgasme, Clément suggérer qu’un vrai plan à trois était obligatoire s’ils voulaient tous partager pleinement l’énergie de Delphine, elle a rapidement accepté. Après une petite discussion, Régis s’est allongé sur le sol tandis que Delphine s’est agenouillée entre ses jambes et a commencé à sucer sa queue molle. Clément s’est installé derrière elle et a commencé à la baiser en levrette.

Il n’a pas fallu longtemps pour que Régis soit à nouveau dur comme du roc et prêt. Pendant ce temps, Delphine se sentait douce et docile et tout aussi prête. Cela était dû, en grande partie, à la grosse bite de Clément qui avait déjà déclenché un puissant orgasme et la poussait maintenant vers un autre.

C’était génial et ça l’a fait rougir, trembler et attendre avec impatience ce qui allait suivre. Delphine s’est avancée jusqu’à ce qu’elle soit à califourchon sur la taille de Régis, puis elle a glissé sa chatte sur la grosse tête et a glissé sur sa longue queue.

Pendant ce temps, Clément a glissé un doigt enduit de sperme dans son anus serré. Prenant son temps, il a étiré la minuscule ouverture suffisamment large pour recevoir trois doigts. Pendant tout ce temps, Delphine et Régis ont continué à baiser.

Alors que Clément lui avait appris beaucoup de choses, elle lui avait fait découvrir le sexe anal. Il avait appris rapidement et elle lui faisait entièrement confiance. Sentir maintenant ses doigts pousser contre la queue de Régis était époustouflant.

L’idée de ce qui allait bientôt se passer était à la fois excitante et un peu effrayante. Prendre deux hommes en même temps, l’un dans sa chatte, l’autre dans son derrière, était quelque chose qu’elle avait toujours voulu essayer. Mais maintenant que c’était sur le point de devenir une réalité, l’infirmière en elle craignait que quelque chose ne tourne mal.

La douleur était plus forte que d’habitude lorsque Clément est entré en elle pour la première fois. Mais une fois qu’il était à l’intérieur, ce n’était que du plaisir. Après quelques essais et erreurs, les trois amants ne faisaient plus qu’un, les deux hommes alternant leurs coups pour qu’une bite dure plonge toujours profondément en elle.

Le rythme s’est progressivement accéléré jusqu’à ce que les hommes s’acharnent sur elle avec des coups rapides et puissants. La sensation de deux bites dures entrant et sortant de son corps a déclenché une vague après l’autre de plaisir sexuel croissant. Elle a répondu par un orgasme fracassant après l’autre.

Toute notion de temps était perdue. Pour eux trois, il n’y avait pas d’autre endroit que cette pièce, ce sol et ce nœud d’amoureux. À travers sa brume érotique, Delphine pouvait sentir les deux bites remplir son corps, poussant d’avant en arrière.

Les yeux de Régis étaient fermés, sa bouche ouverte. Elle l’a embrassé et ils ont commencé à faire glisser leurs langues dans et hors de la bouche de l’autre en rythme parfait avec ses poussées.

Clément s’est déplacé. La nouvelle position lui a permis d’aller encore plus loin en elle. C’était fantastique et elle a repoussé en réponse. Sa récompense a été un profond gémissement. Avec une dernière poussée furieuse, Clément a atteint de nouvelles profondeurs dans ses entrailles avant de la remplir de son sperme chaud. Quelques instants plus tard, le sperme de Régis a commencé à inonder sa chatte.

La récupération était un processus lent et agréable qui s’est déroulé avec les trois amoureux enlacés sur le sol. Lorsque l’appel de la nature ne pouvait plus être ignoré, Delphine s’est levée. “Vous deux, vous pouvez vous amuser pendant que je m’occupe de quelques affaires dans la salle de bain.”

“Nous serons heureux de venir aider”, a proposé Clément.

“Tout le plaisir est pour nous”, acquiesce Régis.

Delphine a regardé ses deux amants étalés sur le tapis. “Vous êtes des gentlemen et des pervers. C’est super ici, mais je préférerais un peu d’intimité si ça ne vous dérange pas.”

Après s’être séchée de sa douche, elle a enfilé une des chemises de travail souples de Clément. Laissées déboutonnées, elles faisaient une superbe chemise de nuit ras-de-cou qui était sexy mais détournait l’attention de sa cicatrice.

Elle s’est regardée dans le miroir, a presque aimé ce qu’elle a vu, puis est retournée vers les hommes. À la porte du salon, elle s’est arrêtée dans le couloir sombre et a regardé à l’intérieur. Les hommes étaient toujours nus, assis à l’aise sur le canapé, buvant du vin et parlant.

Deux beaux hommes aux corps imparfaits, et pourtant, tous deux étaient si sexy. Et aucun ne semblait gêné par les imperfections de son propre corps. Elle n’aimait toujours pas sa cicatrice, mais cela ne semblait plus être un si gros problème. Clément avait raison. C’est la capacité qui compte. Ça et le fait que ces deux amants très capables étaient tout à elle, eh bien, rien d’autre ne comptait.

Elle a fait glisser la chemise et l’a laissée tomber sur le sol. Ne portant rien d’autre que son alliance et un sourire, elle est entrée dans la lumière du salon. “Ok, les gars, je suis habillée pour l’occasion. Retournons fêter le Jour du Nu.”